Le sapin de Noël, une tradition qui ne date pas d’hier

Vous ne vous êtes jamais demandé d’où venait le géant vert qui trône dans votre salon à chaque Noël. Pourtant, l’histoire du sapin de Noël est passionnante et mêle légendes et idées révolutionnaires. Prêt pour cette grande épopée ?

Winter is coming

De tout temps, l’hiver était craint. Période rude synonyme de terre gelée et donc de mauvaises récoltes, sa fin devait être célébrée avec joie. C’est ainsi que sont alors posées les bases de la tradition du sapin de Noël. Entre 2000 et 1200 avant J-C, à l’occasion du solstice d’hiver, soit le jour le plus court de l’année, les Celtes fêtaient alors la « renaissance » du soleil. Ces costaux gaillards du Grand Nord décoraient alors un Epicéa, arbre symbolisant la vie. Blé, fleurs, fruits en tous genres… Le roi des forêts se parait ainsi d’offrandes pour les dieux. Des siècles plus tard, quand l’Eglise établit la date de la Nativité au 25 décembre ( la naissance du petit Jésus en somme), la tradition de l’arbre de Noël est associée à la religion chrétienne. La légende dit qu’un certain moine, Saint Boniface de Mayence aurait prouvé que le sapin était un arbre élu des dieux. En abattant un chêne pour prouver au ruines germains que cet arbre n’était pas sacré, il détruisit de nombreuses sur son passage choses sauf un sapin, heureux miraculé….

Le sapin devient la star des fêtes

C’est en 1521, en Alsace que l’on acte officiellement le premier sapin de Noël. On comprend mieux désormais pourquoi cette région de l’Est de la France est encore aujourd’hui désignée comme le bastion de Noël en France ( coucou le marché de Noël de Strasbourg). En France, il faudra attendre quelques temps avant que l’arbre festif vienne s’installer dans la capitale. C’est à Versailles, en 1738, que Marie Leszczynska, fille du roi déchu de Pologne et épouse de Louis XV installe le roi des forêts dans le château. Un peu trop clinquant au goût des habitants de la demeure des rois de France, il faudra attendre qu’Hélène de Mecklembourg lui attribue réellement une nette popularité. Installé au jardin des Tuileries, il devient alors la coqueluche du beau monde parisien puis se popularise par la suite et trouve une place dans de nombreux foyers de la France entière.

du fruit défendu à la boule de Noël

Au 11ème siècle, le sapin de Noel est rattaché à l’arbre du paradis. En référence à l’histoire d’Adam et Eve, ce dernier est alors décoré de pommes bien rouges, fameux fruits de l’arbre défendu. C’est seulement au 19ème siècle que la pomme laisse place à la boule de Noël, parure désormais indispensables à nos sapins. En 1858, suite à un été caniculaire et un hiver bien rude, la récolte des pommes est alors impossible. Un souffleur de verre situé en Moselle décide alors de remplacer le fruit par des boules cristallines. Côté guirlande, c’est au 16ème que madame fait apparaître son premier ancêtre. Martin Luther, célèbre théologien, aurait été ébloui par la beauté des sapins couverts de neiges blanches et dont le vert des rameaux refléterait avec somptuosité les étoiles (quel poète ce Luther). Il décide alors de reproduire cette vision magique chez lui en agrémentant son sapin de bougies. Plus tard, la première déco électrique sera inventée de l’autre côté de l’Atlantique, aux Etats-Unis par un ami de Thomas Edison, inventeur de l’ampoule électrique à filament. Sinon aujourd’hui, pour plus de sécurité, il y a les guirlandes leds de mon-bucherons.com 😉

Articles récents

Sapin artificiel VS sapin naturel: qui est le grand gagnant

Lire la suite

Petit tour du monde des traditions de Noël

Lire la suite

Manger du sapin, des recettes pas si farfelues

Lire la suite

Suivez nous